Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Droopy devrait être euthanasié. La conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro a rejeté le recours des propriétaires du chien qui avait mordu au printemps un enfant à Corcelles-près-Payerne (VD). Ces derniers vont porter la cause devant le Tribunal cantonal.

La cheffe du Département de la sécurité et de l'environnement (DSE) a validé la décision d'euthanasie prononcée fin mai par le vétérinaire cantonal, a déclaré mardi à l'ats Erik Reumann, porte-parole du DSE. Il confirmait une information du "Matin".

A travers la grille

En mai, le berger allemand croisé labrador a mordu à la main un enfant de dix ans qui avait passé ses doigts à travers la grille du portail pour le caresser et attirer l'attention d'un des quatre enfants du propriétaire. Le vétérinaire cantonal a considéré cette morsure bénigne comme un cas de récidive.

En 2010, le chien avait mordu un homme qui lui avait secoué la tête en le surprenant par derrière, alors qu'il était attaché. L'animal avait dû passer des examens de comportement qu'il a réussis.

Disproportionné

Depuis mai, il se trouve en captivité à la fourrière cantonale, où il serait devenu plus agressif, selon le vétérinaire cantonal. Il estime que l'animal est imprévisible et qu'il peut mordre à tout moment. Il est inconscient de le faire regagner un foyer où vivent quatre enfants. Pour lui, seule l'euthanasie est apte à atteindre le but de sécurité publique visé par la loi.

Cette décision est disproportionnée et arbitraire. Elle a en outre été prise avec une lenteur incroyable, indique l'avocate des propriétaires Mireille Loroch. Pour éviter une aggravation de son cas, il est clair que Droopy ne devrait pas rester dans une fourrière.

Droit pas appliqué

Les propriétaires vont faire recours au Tribunal cantonal. "Nous avons bon espoir. Le droit matériel n'a pas été appliqué. Il existe des possibilités autres que l'euthanasie pour garantir la sécurité publique", relève l'avocate.

Le canton de Vaud a déjà connu une affaire similaire avec le pitbull Baxxter qui avait blessé à un oeil un bébé fin 2009 à Préverenges. Jacqueline de Quattro avait ordonné l'euthanasie du molosse, une décision que le Tribunal cantonal avait fini par annuler.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS