Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La sonde Voyager 1 est la construction humaine la plus éloignée de la Terre (Keystone archives/dessin d'artiste/NASA).

KEYSTONE/EPA/JOHN. S. HOWARD / NASA/JPL-Caltech / HANDOUT

(sda-ats)

Après 37 ans passés dans l'espace sans être utilisés, les propulseurs de Voyager 1 ont été remis en service avec succès, a indiqué la NASA vendredi. Cette prouesse doit prolonger la vie de la construction humaine la plus éloignée de la Terre de deux ou trois ans.

Les quatre propulseurs servent à orienter la sonde dans une direction propice pour que ses antennes puissent communiquer avec la Terre. Voyager 1 a quitté en août 2012 l'héliosphère, la région de l'espace placée sous l'influence magnétique du Soleil, et poursuit sa route depuis lors dans le milieu interstellaire.

L'engin spatial, qui, depuis son lancement, il y a quarante ans, a changé l'histoire de l'astronomie, se déplace à presque 17 kilomètres par seconde et se trouve actuellement à plus de 21 milliards de kilomètres de la Terre.

La remise en service de propulseurs à cette distance était donc un véritable défi. "Si vous essayez de démarrer une voiture qui est restée dans un garage pendant des décennies, vous ne vous attendrez probablement pas à ce que le moteur démarre", a expliqué la NASA.

19 heures et 35 minutes d'attente

Pour parvenir à leurs fins, les ingénieurs de l'agence spatiale américaine ont dû "examiner les logiciels qui avaient été codés dans un langage obsolète", a raconté l'ingénieur en chef Chris Jones.

Les scientifiques ont ensuite attendu pendant 19 heures et 35 minutes que le résultat de leur test parcourt, à la vitesse de la lumière, l'immense distance séparant la sonde de la Terre, avant de constater mercredi le succès de leur mission.

A partir de janvier, ces quatre propulseurs reprendront donc du service en remplacement d'autres propulseurs dont les ingénieurs avaient constaté une dégradation depuis 2014.

Et compte tenu de la réussite du projet sur Voyager 1, la NASA envisage de réaliser un test similaire sur Voyager 2, sa jumelle, où les propulseurs sont toutefois en meilleur état.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS