Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plusieurs centaines d'Iraniens se sont rassemblées dans différentes villes du pays, comme Téhéran, Ispahan ou Karaj pour protester contre l'inflation provoquée par la chute du rial alors que les sanctions américaines doivent être rétablies mardi (image symbolique).

KEYSTONE/AP/VAHID SALEMI

(sda-ats)

Les Iraniens dénonçaient samedi dans plusieurs villes d'Iran lors d'une cinquième soirée consécutive la crise économique qui touche le pays. L'agence de presse Fars a par ailleurs annoncé la mort d'un manifestant, blessé vendredi par une balle à Karaj.

Selon le média, le tireur ne fait ni partie de la police, ni des forces de l'ordre. On l'aurait ciblé depuis une voiture en mouvement. La mort du manifestant n'a pas été confirmée officiellement.

Samedi, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dans différentes villes du pays, comme Téhéran, Ispahan ou Karaj, selon des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux pour protester contre l'inflation provoquée par la chute du rial alors que les sanctions américaines doivent être rétablies mardi.

Les manifestations débutent souvent par des slogans contre le coût de la vie et la corruption financière présumée avant de se transformer en rassemblements antigouvernementaux. Selon l'agence de presse Fars, au moins 20 militants ont été arrêtés à Karaj et dans les environs.

Vendredi soir, la police anti-émeute est intervenue à Eshtehard, à une centaine de kilomètres à l'ouest de Téhéran, pour disperser quelque 500 manifestants qui chantaient des slogans hostiles au gouvernement et lançaient des pierres en direction d'un séminaire, ont rapporté plusieurs médias iraniens.

Forte pression

Donald Trump a décidé au mois de mai de retirer les Etats-Unis de l'accord conclu en juillet 2015 sur le programme nucléaire de la république islamique. Ce texte prévoyait un allégement des sanctions en échange d'un contrôle de la politique atomique iranienne.

Les Etats-Unis justifient leur revirement en affirmant que l'Iran constitue une menace pour la sécurité au Moyen-Orient. Ils ont demandé aux autres pays de cesser leurs importations de pétrole iranien sous peine de sanctions financières. Les exportations de brut iranien pourraient ainsi chuter des deux tiers d'ici la fin de l'année.

Le rétablissement des sanctions américaines concernera l'achat de dollars par l'Iran, son commerce de l'or et des métaux précieux ainsi que les échanges de métaux, le charbon et les logiciels informatiques liés à l'industrie.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS