Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les quotas de thon rouge à peine baissés, les écologistes déçus

Paris - Les Etats pêcheurs de thon rouge réunis à Paris ont opté samedi pour une quasi-stabilité des quotas de pêche pour 2011. Les ONG écologistes, très déçues, réclamaient une réduction drastique, nécessaire selon eux pour sauvegarder l'espèce.
Après dix jours de tractations intenses à huis clos, les 48 Etats pêcheurs de la Commission internationale pour la Conservation des thonidés de l'Atlantique (CICTA), ont adopté une limite de la pêche au thon rouge en Méditerranée à 12'900 tonnes en 2011, contre 13'500 tonnes en 2010.
"Une fois de plus on a refusé au thon rouge la protection dont il avait désespérément besoin", a déploré Sue Liebermann, responsable de la politique des pêches de l'ONG américaine PEW.
La réunion a "conduit le thon rouge dans le couloir de la mort", a estimé Greenpeace tandis que l'ONG Oceana y a vu "un échec massif" pour cette espèce.
Pas de sanctuaireLes ONG faisaient campagne pour une réduction du quota à 6000 t ainsi que l'instauration de sanctuaires dans les zones de reproduction pour le thon rouge, qui migre pour ce faire en Méditerranée et dans le Golfe du Mexique.
En séance l'idée a été "balayée en cinq minutes et sans la moindre réaction des Etats membres", a précisé à l'AFP Charles Braine du WWF, qui a participé comme observateur aux réunions.
Le Japon, qui absorbe 80% des thons rouges pêchés en Méditerranée, avait, lui, réclamé des contrôles plus sévères pour enrayer la pêche illégale et le marché noir de cette espèce dont la chair raffinée est très recherché pour les sushis et sashimis.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.