Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'émissaire international en Syrie Kofi Annan a qualifié vendredi de "décevantes jusqu'ici" les réponses syriennes à ses propositions de médiation. Appelant le Conseil de sécurité de l'ONU à l'unité pour faire pression sur Damas, il a annoncé l'envoi d'une délégation dans le pays.

Les discussions vont continuer avec les autorités syriennes, a affirmé vendredi à Genève l'envoyé spécial de l'ONU et de la Ligue arabe pour la Syrie Kofi Annan. Une mission va se rendre ce week-end à Damas et, selon ses résultats, il se rendra à nouveau dans la région, a-t-il dit à la presse.

Plus complexe qu'en Libye

La crise en Syrie doit être traitée "de manière très prudente", a souligné l'ex-secrétaire général de l'ONU. "Tout mauvais calcul pourrait provoquer une escalade majeure avec un impact sur toute la région qui serait très difficile à gérer", a-t-il averti.

Kofi Annan a affirmé qu'on ne peut pas comparer la situation en Syrie "avec la Libye ou d'autres contextes", car elle "est beaucoup plus complexe". "C'est la raison pour laquelle tout le monde se comporte de manière très prudente", a-t-il relevé.

"J'envoie une mission ce week-end afin de poursuivre le dialogue sur mes propositions, et selon les progrès enregistrés, je retournerai dans la région", a déclaré Kofi Annan.

Appel à l'unité

L'envoyé spécial de l'ONU et de la Ligue arabe a indiqué avoir lancé un appel à l'unité des pays membres du Conseil de sécurité. Il s'est déclaré "encouragé par le ferme soutien et la volonté des membres du Conseil de sécurité de travailler ensemble, malgré les divergences". "J'espère entendre le Conseil de sécurité parler d'une seule voix", a-t-il dit.

"Le ministère syrien des Affaires étrangères se félicite de la visite de l'équipe technique formée par l'émissaire Kofi Annan pour discuter des questions liées à sa mission en Syrie", a affirmé l'agence Sana.

ATS