Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Comme l'an dernier, l'étude sur la qualité des médias de l'Université de Zurich suscite des critiques dans certaines rédactions. Les radios régionales romandes (RRR) rejettent l'affirmation selon laquelle leurs journaux d'information "ne jouent aucun rôle important" dans leur programme.

Au contraire, les radios régionales romandes (Radio Fribourg, Rhône FM, Radio Chablais, Lausanne FM, One FM, RJB, RTN, RFJ, Radio Cité et Meyrin FM) "misent sur l'information pour asseoir leur taux d'écoute", écrivent-elles vendredi dans un communiqué. L'étude de l'institut "Öffentlichkeit und Gesellschaft" publiée jeudi est réductrice et ses résultats trompeurs, dénonce le texte.

Les chercheurs de l'Université de Zurich ont comparé les émissions de la RSR (La Première), une radio publique, à celles de la radio privée Lausanne FM. Mais la différence de moyens financiers entre ces deux médias est "colossale", estiment les RRR. "A son échelle, Lausanne FM produit des émissions de qualité".

L'Université de Genève, sur mandat de l'Office fédéral de la communication, analysera en 2012 les programmes de toutes les radios de Suisse romande. Les RRR espèrent que ce rapport sera "moins caricatural".

ATS