Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le recul des recettes de l'Aide suisse contre le sida s'est poursuivi l'an dernier: les fonds publics et les dons ont diminué de 900'000 francs en 2011. L'organisation a dû réduire de plus de 30% ses ressources en personnel en deux ans, alors que le nombre de nouveaux séropositifs augmente.

Les recettes provenant de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) ont reculé de 750'000 francs et les dons de 150'000 francs, écrit mercredi l'Aide suisse contre le sida dans un communiqué. Selon son bilan provisoire, l'organisation affichera toutefois un résultat équilibré, en raison des mesures de réduction des coûts introduites en 2010.

Ces mesures ont été renforcées l'an dernier par de nouvelles suppressions de postes et la diminution des frais matériels. Le secrétariat à Zurich compte une trentaine de collaborateurs.

En 2010, l'Aide suisse contre le sida avait essuyé pour la première fois une perte s'élevant à 330'000 francs. L'an prochain, l'organisation s'attend à un recul de plusieurs centaines de milliers de francs des recettes venant de la Confédération.

Sensibiliser la population

La nouvelle présidente de l'organisation, la conseillère nationale Doris Fiala (PLR/ZH), attribue la baisse des fonds au fait que le thème du sida est en perte de vitesse ces dernières années dans les médias, auprès du public et des politiques. Selon elle, c'est "inadmissible", car le nombre annuel de nouvelles infections est au même niveau qu'il y a dix ans, soit environ 600.

L'Aide suisse contre le sida planifie, coordonne et réalise des projets de prévention dans le domaine du VIH/sida et des autres infections sexuellement transmissibles.

L'organisation a aussi pour but d'améliorer la qualité de vie des personnes atteintes et de leurs proches. Elle s'investit notamment afin que les séropositifs puissent conserver leur emploi ou réintégrer la vie active.

Entre novembre 2010 et novembre 2011, elle a recensé 84 cas de discrimination et violations de la protection des données en relation avec le VIH. Elle a pu intervenir avec succès dans la plupart des situations.

ATS