Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Les relations avec l'UE, une priorité pour Micheline Calmy-Rey

Berne - Micheline Calmy-Rey entend améliorer et approfondir les relations de la Suisse avec l'Union européenne durant son année présidentielle en 2011. C'est une priorité pour elle, a-t-elle déclaré dans une interview à la "SonntagsZeitung".
Attendre que la pression de l'UE augmente encore n'est pas une bonne stratégie, selon elle. La Suisse a aussi intérêt à trouver une solution institutionnelle pour renforcer la sécurité du droit et améliorer le développement des accords bilatéraux.
Mais, "une dynamisation de la voie bilatérale ne peut pas se faire au détriment de notre souveraineté et de notre démocratie directe", souligne la ministre des affaires étrangères.
Dans un récent rapport, Bruxelles avait constaté que la voie bilatérale avec la Suisse arrivait à ses limites. La Commission européenne aimerait rapidement discuter avec la présidente de la Confédération d'un nouveau système favorisant une collaboration plus efficace et plus satisfaisante pour les deux parties, précisaient dernièrement des sources à Bruxelles.
Depuis des années, la Suisse et l'UE discutent d'un accord-cadre. Celui-ci devrait constituer une sorte de toit simplifiant les adaptations du droit helvétique à celui de l'UE. Bruxelles pense à une adaptation automatique, à l'image de l'EEE, alors que Berne ne veut pas en entendre parler pour des raisons de souveraineté.
Pas de petits jeux politiquesDurant sa présidence en 2011, Micheline Calmy-Rey entend aussi donner la priorité au "maintien et à la protection de la concordance" ainsi qu'à la collégialité. En raison des pressions extérieures, la Suisse a besoin d'un gouvernement fort, selon elle. "Dans la politique européenne justement, nous devons défendre nos intérêts légitimes dans un contexte difficile".
"Nous devons nous présenter unis et devrions donc éviter les petits jeux politiques", estime aussi Mme Calmy-Rey. Une rupture de la concordance serait dangereuse et remettrait en question la cohésion nationale. "L'exclusion de forces politiques importantes du gouvernement serait une mauvaise chose pour le pays".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.