Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les rentiers de l'assurance invalidité seront soumis à un réexamen systématique des prestations dès janvier. Le Conseil fédéral a décidé mercredi de mettre en vigueur à cette date le premier volet de la 6e révision de l'AI. Le but est de supprimer plus de 12'000 rentes entre 2012 et 2018.

La réforme veut inciter la réintégration des bénéficiaires de l'AI dans le monde du travail afin d'économiser 500 millions de francs par an. Quelque 17'000 rentiers devraient reprendre le chemin du travail ou augmenter leur taux d'occupation.

Les premières victimes risquent d'être les personnes souffrant de fibromyalgie, du "coup du lapin" ou de certaines maladies psychiques. Environ 4500 rentes attribuées pour des pathologies dont l'origine et les symptômes ne sont pas clairement établis et sans constat de déficit organique sont concernées.

Employeurs épargnés

Des garde-fous ont été prévus. Les personnes de plus de 55 ans ou touchant une rente depuis plus de quinze ans ne seront pas touchées. Pour les autres, des mesures de réintégration seront proposées.

La révision invite les employeurs à faire des efforts pour réintégrer des rentiers, mais sans obligation aucune. Pour favoriser le retour au travail, elle introduit un placement à l'essai et un parachute de secours en cas de rechute dans les trois ans suivant la réinsertion professionnelle. L'AI offrira un soutien ciblé aux employeurs et lancera une campagne d'information.

Contribution d'assistance

Autre nouveauté, les personnes handicapées qui vivent à la maison pourront recevoir une contribution d'assistance. Cette allocation de 32,50 francs l'heure est censée éviter des placements plus coûteux en institution.

Les enfants nécessitant des soins intensifs et soignés à la maison y auront également droit. Cette prestation devrait soulager les parents et compenser la suppression de la prise en charge des soins à domicile non médicaux prodigués aux enfants suite à un arrêt du Tribunal fédéral.

Enfin, la participation financière de la Confédération sera limitée à 50% des dépenses annuelles de l'AI. Le plancher actuel de 37,7% sera maintenu.

ATS