Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La commission des transports du Conseil national et le Conseil fédéral veulent lever l'interdiction de vente d'alcool dans les restoroutes (archives).

KEYSTONE/SANDRO CAMPARDO

(sda-ats)

Les restaurants et boutiques des aires d'autoroute devraient pouvoir vendre de l'alcool. Contre l'avis de la gauche et du Bureau de prévention des accidents (bpa), le Conseil fédéral soutient une motion parlementaire pour lever l'interdiction en vigueur depuis 1964.

La réponse du gouvernement publiée jeudi sur Internet ne contient aucune justification. Selon la commission des transports du National à l'origine du texte, le droit en vigueur est contraire à la liberté de concurrence. Les commerces des aires d'autoroute sont fortement pénalisés car leurs concurrents situés juste après les sorties d'autoroute sont autorisés à vendre de l'alcool.

Aucun pays limitrophe de la Suisse n'a instauré une telle interdiction. La majorité des clients des restaurants situés sur les aires d'autoroute qui consomment de l'alcool sont des passagers, assure la commission. Tout conducteur est tenu de respecter la loi, notamment en ce qui concerne l'alcoolémie au volant, mais cela relève de la responsabilité individuelle.

Le cadre légal constitue une mise sous tutelle absurde des citoyens et des entreprises concernées. Comme la loi fédérale n'interdit pas la vente d'alcool sur autoroute, il suffirait au Conseil fédéral de modifier l'ordonnance sur les routes nationales.

Dangereux

Le bpa tire la sonnette d'alarme. Selon lui, l'interdiction de vente et de débit d'alcool sur les autoroutes contribue heureusement à un bon niveau de sécurité des autoroutes suisses. Sa levée risque de faire augmenter le nombre d'accidents.

Etude de 2016 à l'appui, le bpa relève que l'alcool joue un rôle dans environ 13% des accidents graves enregistrés sur autoroute. Les aires d'autoroute ne sont selon lui pas comparables aux restaurants en bordure de route: après avoir mangé et bu, les clients des premières parcourent des trajets souvent longs et fatigants à vitesse élevée, ce qui est moins fréquent sur le reste du réseau routier.

Selon un nouveau sondage du bpa, 82% des Suisses soutiennent l'interdiction de vente d'alcool sur autoroute. Le Conseil fédéral et le Parlement ont refusé les précédentes tentatives pour abolir cette mesure.

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS