Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Rolling Stones ont enjoint mercredi à Donald Trump, "candidat probable" du parti républicain pour la présidentielle américaine du 8 novembre, de ne plus utiliser leur musique lors de ses réunions de campagne. D'autres chanteurs ont déjà fait la même demande.

Le groupe britannique a fait savoir par la voix d'un de ses porte-parole qu'il n'avait jamais autorisé le magnat de l'immobilier à se servir de ses titres comme bande-son au cours de ses meetings.

Mardi à New York, après le discours de Trump au soir de sa victoire décisive dans l'Etat de l'Indiana, son équipe a diffusé "Start Me Up". Un autre titre des Stones, "You Can't Always Get What You Want", avait servi quelques heures plus tôt lors d'un rassemblement électoral dans l'Indiana.

Avant les Stones, la chanteuse Adele et le groupe R.E.M. ont pareillement réclamé que l'équipe de M. Trump cesse d'utiliser leur musique.

Dans le cas de la Britannique, qui n'avait pas apprécié que le magnat de l'immobilier utilise sans autorisation son hit "Rolling in the Deep" lors de meetings dans l'Iowa, la requête ne semble pas avoir eu d'effet. Selon le site Politico, l'équipe de campagne du milliardaire new-yorkais a utilisé sa chanson "Skyfall" pour une réunion organisée dans l'Arkansas deux jours après sa mise au point.

ATS