Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les guitares de Keith Richards, les costumes de Mick Jagger, leur premier appartement déglingué à Chelsea, une excursion backstage et 500 autres objets: les Rolling Stones s'exhibent en grand depuis mardi à la Saatchi Gallery de Londres.

Trois ans après David Bowie, les Stones s'offrent à leur tour leur exposition "interactive" et "multi-sensorielle", nouveau must pour les rock stars planétaires, entre deux tournées et un nouvel album. Après 54 ans dans le métier, les septuagénaires Mick Jagger, Keith Richards, Charlie Watts et Ronnie Wood ont estimé que "c'était le bon moment pour le faire", selon Sir Mick.

"On a accumulé assez de trucs, trop de trucs en fait", a-t-il expliqué en présentant "Exhibitionism" qui, sur deux niveaux et 1750 m2, offre jusqu'au 4 septembre une plongée unique et enthousiasmante dans l'univers des dinosaures du rock. Mais attention: même à 286 ans cumulés, les Stones ne veulent pas entendre parler de testament.

La rétrospective est cuisinée avec les mêmes ingrédients que les concerts des légendes londoniennes. Du bon son, de la couleur, du spectaculaire, un gigantisme assumé (trois ans de travail) et aussi un sens certain du business, à 19 livres l'entrée (près de 26 francs), sans compter les frais de réservation.

ATS