Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'inattention et la distraction au volant sont les principales causes des accidents de la route (archives).

KEYSTONE/KANTONSPOLIZEI AG

(sda-ats)

Avec 31 tués par million d'habitants, les routes suisses sont parmi les plus sûres au monde. Le Bureau de prévention des accidents (bpa) s'inquiète néanmoins des distractions au volant, de la vitesse ou du faible taux de port du casque à vélo.

Publié pour la première fois jeudi, le nouveau baromètre établi par le bpa rendra désormais compte une fois par an du niveau de sécurité routière en Suisse.

Les automobilistes et, dans une moindre mesure, les motards ont largement bénéficié des progrès en matière de sécurité routière. Ces dernières années, les accidents ont diminué pour ces deux groupes.

Pour les vélos électriques, la tendance à court et moyen terme va vers une augmentation des accidents. Pour les vélos et les piétons, les chiffres de l'accidentalité sont stables.

Ceinture et phares

Un des indicateurs de la sécurité routière est par exemple le taux de port de la ceinture. Chez les automobilistes, ce taux est stable, à 94%. Pour les passagers arrière, il est de 86% avec une tendance à la hausse. En outre, 95% des conducteurs roulent avec les phares allumés même de jour. Le taux du port du casque à vélo n'est lui que de 49%, mais l'évolution tend vers le haut à moyen terme.

Le bpa déplore en revanche les faibles progrès réalisés en matière de mobilité douce: les cyclistes et les piétons n'ont guère profité de la hausse du niveau de sécurité sur les routes. Le bureau souligne également que de plus en plus de personnes âgées sont impliquées dans des accidents.

Les principales raisons des graves accidents de la route sont l'inattention, la distraction au volant et le non-respect de la priorité. Viennent ensuite une vitesse inadaptée et l'alcool.

Vitesse mortelle

La plupart des dommages corporels graves subis sur les routes suisses sont occasionnés par des collisions entre usagers et non par des pertes de maîtrise. Ces dernières ont en revanche des conséquences bien plus graves. Parmi toutes les causes des accidents de la circulation, la vitesse enlève le plus de vies. Les accidents mortels ont lieu surtout hors des localités.

Globalement, les règles de la sécurité routière sont bien acceptées et respectées par la population. L'acceptation de certaines mesures comme la limitation de la vitesse à 80 km/h hors localité et à 120 km/h sur les autoroutes est toutefois en diminution, même si elle reste à un niveau élevé. Selon des études, seuls deux automobilistes sur dix ne dépassent jamais la vitesse maximale autorisée.

Davantage de contrôles

En Suisse, la réglementation routière est bonne, mais il reste du potentiel au niveau de son exécution, estime le bpa. Le taux de contrôle des conducteurs quant à leur consommation d'alcool et d'autres substances est encore trop faible. De même, il faudrait renforcer les contrôles de vitesse, en particulier hors localités.

Les systèmes d'assistance à la conduite qui épaulent les conducteurs dans les situations d'urgence recèlent également un important potentiel, qu'il s'agit de mieux exploiter à l'avenir.

Enfin, le bpa relève un recul de la conscience politique pour la sécurité routière: contrairement à précédemment, la Suisse ne s'est fixé aucun objectif quantitatif de réduction du nombre de blessés graves et de tués sur ses routes.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS