Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Plus de 80 Saint-Nicolas se sont rencontrés samedi à Wislikofen (AG) à l'occasion de leur premier synode suisse. La réunion était organisée par l'Eglise catholique-romaine d'Argovie: celle-ci entend émettre un signal contre la figure commerciale du Père Noël.

"Notre Saint-Nicolas ne vend rien, il offre quelque chose", a précisé à l'ats Claudia Mennen, initiatrice du synode et directrice du prieuré de Wislikofen. Le rôle du Saint-Nicolas classique a été complètement banalisé par le Père Noël, estime-t-elle.

C'est un instrument de marketing, ce que beaucoup de gens ignorent, rappelle-t-elle. Nicolas de Myre est en revanche un personnage historique, dont les convictions ont apporté énormément à la population de la Turquie actuelle.

Il a sauvé des gens et combattu la pauvreté, souligne Mme Mennen. "Il s'agit du souvenir vivant d'une figure réellement exemplaire". Pour cette raison, Saint-Nicolas offre des friandises, des fruits et des noix aux enfants le 6 décembre.

Echange d'expériences

A l'ouverture du synode, les 80 Saint-Nicolas venus de toute la Suisse alémanique, portant barbe blanche et robe d'évêque rouge, verte ou lila, ont fait une entrée solennelle dans l'église du prieuré.

L'Eglise a souhaité les remercier pour leur engagement bénévole. Lors d'ateliers de discussions, ils ont pu échanger leurs expériences et recueillir de nouvelles impulsions pour leurs visites dans des familles et des écoles.

La rencontre a été fructueuse, selon la directrice du prieuré. Ainsi, le Saint-Nicolas de Triengen (LU) rend visite à toutes les familles avec des petits enfants, également les musulmanes. Ces familles se réjouissent à chaque fois beaucoup, c'est une contribution importante à l'intégration, estime Mme Mennen.

ATS