Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les rémunérations versées en Suisse sont les plus élevées en Europe. En 2010, un employé à temps plein dans l'industrie ou les services disposait en moyenne d'un salaire brut annuel de 63'549 euros (66'019 francs), 13,8 fois plus que celui versé à un salarié bulgare.

La Suisse occupait ainsi le premier rang devant la Norvège (55'370 euros) et le Danemark (51'485 euros), a indiqué l'Office fédéral de la statistique (OFS) dans sa publication "Indicateurs du marché du travail 2015", diffusée jeudi. Les rémunérations les plus basses parmi les 15 plus anciens membres de l'Union européenne (UE) étaient versées au Portugal (17'193 euros), en Grèce (25'696 euros) et en Espagne (26'621 euros).

En tenant compte des pays ayant adhéré à l'UE depuis 2004, la Roumanie (6048 euros) et la Bulgarie (4618 euros) ferment la marche. Toutefois, explique l'OFS, le niveau du salaire annuel brut moyen suisse est aussi influencé par la vigueur du franc.

Afin de comparer des salaires qui traduisent de manière réelle leur pouvoir d'achat, les rémunérations exprimées en monnaie nationale doivent être converties en une devise commune virtuelle appelée "standard de pouvoir d'achat (SPA)". En tenant compte des différences de niveau de prix, l'ampleur des écarts salariaux apparaît sous un jour différent.

Différences de pouvoir d'achat

Si les salaires helvétiques calculés en euros sont 13,8 fois plus élevés que ceux versés en Bulgarie, ils ne dépassent ces derniers que de 4,3 fois en adoptant le SPA. Exprimés en euros, les rémunérations des employés suisses sont 1,6 fois plus élevées que celles des salariés autrichiens et allemands.

Toujours en euros, les salariés suisses gagnent 1,8 fois plus que leurs voisins français et deux fois plus que les Italiens. Mais en utilisant le SPA, les différences s'amenuisent. Ainsi, par rapport aux Allemands, les Helvètes disposent d'une somme 1,2 fois plus élevée.

Avec l'Autriche, ce multiplicateur se réduit à 1,3. Les salaires payés en Suisse dépassent de 1,4 et 1,5 fois ceux octroyés aux employés français et italiens, respectivement.

ATS