Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les salines du Rhin et celle de Bex (VD) étudient la possibilité d'un rapprochement qui pourrait déboucher sur une fusion. Les deux entreprises, qui détiennent le monopole du sel en Suisse, ont créé un groupe de travail.

Une "concentration des forces" doit permettre de garantir durablement un approvisionnement des clients à un prix avantageux, ont indiqué mercredi les deux sociétés dans un communiqué. La production de sel suisse doit rester indépendante.

"Ces discussions reposent sur la conviction qu'il est dans l'intérêt de l'économie suisse et des cantons de préserver une production de sel suisse autonome à long terme", soulignent les deux salines.

Adhésion

Les premières décisions pourraient tomber cette année déjà dans le canton de Vaud. Le Parlement cantonal devra se prononcer sur une adhésion à la convention intercantonale sur la vente de sel en Suisse, un concordat qui date de 1973.

Les salines du Rhin appartiennent aux cantons, sauf Vaud, et à la Principauté du Liechtenstein, ainsi qu'à la société Südsalz GmbH à Bad Reichenhall (D). Elles produisent 500'000 tonnes de sel par an et emploient 150 personnes à Schweizerhalle (BL) et Riburg (AG).

La saline de Bex appartient au canton de Vaud et à des privés. Elle produit 30'000 tonnes de sel par an dont la plus grande part sert au déneigement. La société est aussi active dans la production d'électricité et le tourisme. Elle emploie environ 40 personnes.

70'000 visiteurs

La saline produit aussi de l'électricité depuis 1870. Elle injecte entre 10 et 11 gigawatt (GW) par année dans le réseau. Environ 70'000 personnes visitent les mines chaque année.

Ce n'est pas la première fois que les deux salines étudient la possibilité d'un rapprochement, a indiqué à l'ats Julien Hoefliger, directeur de la saline de Bex. Mais jusqu'à présent, elles ont échoué.

Pour la saline de Bex, il existe un risque que le monopole du sel tombe. Compte tenu de sa taille, la société ne pourrait pas résister à la fin du monopole, a encore indiqué M. Hoefliger.

ATS