Les installations de compostage de Châtillon, à Bernex (GE), ne dégagent presque plus d'odeurs désagréables pour le voisinage. Le bâtiment où se déroule la fermentation est désormais confiné et équipé d'un système de traitement de l'air.

Ces travaux, d'un coût d'un million de francs, ont été effectués par les Services industriels de Genève (SIG), à qui la gestion du site de compostage a été confiée. Châtillon traite chaque année plus de 23'000 tonnes de branchages, de gazons et de restes de cuisine. Datant de plus de 30 ans, il arrive bientôt à saturation.

Châtillon doit être remplacé par un pôle vert de dernière technologie, capable de recycler 40'000 tonnes de déchets verts par année sous forme de biogaz et de compost. Le projet, qui doit voir le jour dans la zone industrielle de Bois-de-Bay, accuse cependant du retard.

Dans les normes

Dans l'attente de ce déménagement, les SIG ont pris des mesures afin d'éliminer les odeurs dont se plaignent les riverains des installations de Châtillon depuis plusieurs années. Désormais, les nuisances olfactives ont "très fortement diminué" et elles respectent les limites recommandées par la Confédération.

Les SIG produisent 6000 tonnes "d'or brun" par année, qui permettent de fertiliser 750 hectares de terres cultivées. Cette activité engendre cependant des nuisances. Au début du processus, la fermentation des déchets dégage des odeurs désagréables de soufre et d'ammoniac.

Le confinement des installations permet d'emprisonner les odeurs. Grâce aux nouveaux équipements, l'air vicié est aspiré et nettoyé par des biolaveurs et des biofiltres. Des biofiltres sont composés de bactéries qui avalent les composants odorants, ont rappelé les SIG. Le processus fonctionne 24 heures sur 24.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.