Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les souris domestiques ont tendance à élever leurs petits avec d'autres femelles lorsque les portées sont similaires (photo symbolique).

KEYSTONE/AP/ROBERT F. BUKATY

(sda-ats)

Les souris domestiques élèvent souvent leurs petits dans un nid commun. Les femelles tendent à s'entraider en matière d'élevage, lorsque les portées sont à peu près égales. Chaque maman souris a ainsi la même charge de travail.

Lorsque l'on va au restaurant entre amis et que l'on partage l'addition par le nombre de personnes, celui qui a mangé plus ou pour plus cher sort gagnant de la situation. Des biologistes de l'Université de Zurich ont découvert que ce genre d'arrangement existe aussi chez les animaux, notamment lorsqu'il s'agit de l'élevage des petits.

Les scientifiques ont réalisé une étude sur des souris domestiques, indique l'alma mater zurichoise jeudi. Même lorsque les portées diffèrent de quelques jours, il arrive que deux ou plusieurs femelles placent leur progéniture dans un nid commun et s'occupent conjointement de l'ensemble des petits.

Comme elles ne distinguent plus leurs propres bébés de ceux des autres, il leur importe peu qui elles allaitent. Ainsi, une maman souris ayant une plus grande portée que les autres profite de l'élevage en commun puisqu'elle investit moins de temps dans l'allaitement.

Eviter de se faire exploiter

Afin d'observer le comportement des rongeurs dans cette situation, les chercheuses ont réalisé l'expérience en laboratoire avec des bébés de souris sauvages. Dans deux groupes différents, elles ont placé deux femelles soeurs et un mâle et les ont laissé élever les petits.

Les biologistes ont effectué une manipulation génétique afin de déterminer la taille de la portée. Ainsi, dans l'un des groupes, les soeurs ont mis bas à un nombre différent de petits, tandis que celles de l'autre groupe ont eu une portée semblable.

Les femelles dont les portées diffèrent se sont montrées moins coopératives et avaient moins tendance à créer un nid commun, ont constaté les scientifiques. Il en a été conclu que les mamans souris sont plus ou moins aptes à coopérer en fonction du risque de conflit. En se comportant ainsi, elles cherchent à éviter de se faire exploiter.

ATS