Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Au cours de leur dissolution, les "stents bio" peuvent provoquer une formation dangereuse de caillots. Cela peut conduire à l'infarctus (archives).

KEYSTONE/AP Abbott/WEINBERG-CLARK PHOTOGRAPHY

(sda-ats)

Les stents biodégradables étaient considérés comme la solution idéale en cas de rétrécissement des vaisseaux coronaires. Cependant, leur dissolution peut provoquer des caillots et conduire à l'infarctus, ont relevé des chercheurs de l'Hôpital de l'Ile à Berne.

Le stent bio conduit à de nouvelles crises cardiaques plus souvent que le stent en métal traditionnel, en particulier plus d’un an après l’implantation, précise jeudi Insel Gruppe.

Ses chercheurs, sous la direction du cardiologue Lorenz Räber en ont découvert la cause. En fait, le stent fait ce pour quoi il a été conçu: il se dissout en fragments isolés, explique Lorenz Räber. Mais tant que ces fragments n'ont pas complètement été incorporés dans la paroi vasculaire, ils peuvent tomber dans le flux sanguin. Cela entraîne une formation dangereuse de caillots et conduit à l'infarctus.

De grands espoirs reposaient sur ce stent polymère en acide lactique autorisé de mise sur le marché en 2011. On espérait que les irritations de la paroi vasculaire surviendraient moins souvent, car le stent se dissout complètement au cours des trois à quatre ans et aucun corps étranger ne reste dans le vaisseau. Le fabricant a retiré le produit du marché mondial il y a quelques semaines.

Les cardiologues de l'Hôpital universitaire de Berne, en collaboration avec des universités d'Europe et d'Asie, ont examiné 36 patients ayant subi des thromboses tardives de stent "bio", c'est-à-dire plus d'un an après l’implantation.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS