Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les femmes, les personnes de plus de 40 ans et celles qui ont un bon niveau de formation sont particulièrement bien informées, d'après ce sondage (photo symbolique).

Keystone/PETER KLAUNZER

(sda-ats)

Plus de trois quarts des Suisses sont bien informés sur les effets des antibiotiques. Mais les jeunes ont des connaissances lacunaires, d'après un sondage réalisé en 2016 et publié lundi par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP).

Il s'agit de la première enquête sur les antibiotiques et la problématique de l'antibiorésistance. Elle montre qu'une large partie de la population (87%) est consciente qu'un recours inutile aux antibiotiques réduit leur efficacité.

En outre, 80% des personnes interrogées savent que ces médicaments ne sont pas efficaces en cas de grippe ou de refroidissement, et presque autant sont avertis de leurs effets secondaires potentiels.

Dans un communiqué, l'OFSP souligne que les jeunes ont besoin d'informations: certains malentendus apparaissent au sujet des antibiotiques et de leur utilisation en cas de grippes et de refroidissements. "À l'avenir, il sera important de fournir des informations ciblées à ce groupe de population, mais également aux autres".

Femmes mieux informées

Les femmes, les personnes de plus de 40 ans et celles qui ont un bon niveau de formation sont particulièrement bien renseignées. La source d'information la plus courante concernant la prise (inutile) d'antibiotiques sont les journaux et magazines, devant la télévision, la famille et les amis.

"Chez les personnes de 50 ans et plus, les journaux et les magazines sont la source d'information la plus fréquente. En revanche, pour les très jeunes, l'environnement personnel (famille, amis, école/place de travail) est particulièrement important", précise l'étude réalisée par l'institut DemoSCOPE.

Antibiotiques pour les animaux

L'administration d'antibiotiques aux animaux d'élevage suscite des opinions divergentes. Une bonne moitié des sondés estiment qu'il convient de recourir à un tel traitement si c'est la méthode la plus appropriée. Mais pour une personne interrogée sur trois, il ne faut pas donner d'antibiotiques aux animaux.

D'une manière générale, le savoir quant à l'utilisation d'antibiotiques chez les animaux "n'est manifestement pas très grand". Environ six personnes sur dix ignorent qu'il est interdit, en Suisse comme dans l'UE, de donner des antibiotiques aux animaux d'élevage pour stimuler leur croissance.

Stratégie antibiorésistance

Le sondage de l'institut DemoSCOPE a été effectué par téléphone auprès d'un échantillon représentatif de 1000 personnes, dans le cadre de la Stratégie Antibiorésistance Suisse (StAR).

Un quart de la population suisse avait pris un traitement antibiotique au cours des douze mois ayant précédé l'enquête. Cette proportion est apparue plus élevée en Suisse romande et au Tessin, de même que chez les 15-24 ans.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS