Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Si une majorité des Suisses accepterait à nouveau l'initiative anti-immigration, ils sont aussi une majorité à tenir aux accords bilatéraux avec l'Union européenne (ici le président de la Commission Jean-Claude Juncker, à gauche, et le conseiller fédéral Johann Schneider-Ammann) (archives).

KEYSTONE/MANUEL LOPEZ

(sda-ats)

Si les Suisses étaient appelés à se prononcer à nouveau sur l'initiative anti-immigration de l'UDC, qui visait à réintroduire des contingents de travailleurs étrangers, 47% d'entre eux glisseraient un "oui" dans l'urne. C'est ce qu'indique un sondage.

Quarante-trois pour cent s'y opposeraient, alors que 10% sont incertains, selon l'enquête d'opinion diffusée par le SonntagsBlick. Les Helvètes rejettent en revanche une résiliation de l'accord sur la libre circulation des personnes avec l'Union européenne (par 52% des voix). Seuls 30% soutiennent l'initiative en ce sens qu'envisage de lancer l'Action pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN).

Parmi les personnes qui soutiennent l'initiative de l'UDC mais qui s'opposent en même temps à la résiliation des accords bilatéraux, c'est le maintien des bilatérales qui obtient la majorité (54%) face aux dispositions de l'initiative (41%), tandis que 5% des citoyens sont indécis.

S'agissant de l'initiative Rasa ("Sortons de l'impasse"), qui vise à biffer purement et simplement l'article constitutionnel anti-immigration voté le 9 février 2014, elle est rejetée par 44% des sondés, contre 37% qui l'acceptent, alors que 19% sont indécis.

Les deux contre-projets rejetés

Le Conseil fédéral a présenté la semaine passée deux contre-projets à ce texte. Avec la première option, il serait précisé que l'article doit tenir compte des accords internationaux d'une grande portée pour la position de la Suisse en Europe.

Les dispositions transitoires prévoyant que les traités contraires à la constitution doivent être renégociés et adaptés dans les trois ans suivant l'acceptation de l'initiative seraient également supprimées. La seconde solution se limiterait à abroger ce passage.

La première variante est repoussée par 44% des personnes interrogées, alors que 35% y sont favorables, pour 21% d'indécis. La seconde proposition obtient quasiment le même résultat: elle est rejetée à 44% également, acceptée à 34% et 22% d'indécis.

L'institut Opinio a interrogé 1000 personnes pour son enquête.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS