Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Suisses de l'étranger ont un nouveau président. Leur organisation a élu vendredi l'ex-conseiller national et ministre bâlois socialiste Remo Gysin, 70 ans, à l'occasion de son 93e Congrès qui se tient jusqu'à dimanche à Genève.

Vendredi, les 75 délégués de l'Organisation des Suisses de l'étranger (OSE) présents ont élu, par 67 voix contre 4, Remo Gysin, à la succession du Genevois Jacques-Simon Eggly. Agé de 72 ans, l'ex-conseiller national et président du Parti libéral présidait l'OSE depuis 2007.

Vote électronique

Parmi les principales préoccupations des quelque 746'000 Suisses de l'étranger figure le vote électronique, qui constitue souvent pour les citoyens émigrés, le moyen le plus simple d'exprimer leur avis lors de votations ou d'élections.

Pour les élections fédérales de l'automne, le vote électronique ne sera accessible que dans quatre cantons (GE, NE, LU et BS). Neuf autres, qui avaient demandé l'autorisation d'utiliser le vote par internet, devront encore patienter.

Le Conseil fédéral a en effet estimé que le système de vote développé par ces neuf cantons présentait encore des failles sur le plan de la sécurité. Les Suisses de l'étranger ont aussitôt fait part de leur déception, lorsque le gouvernement a annoncé sa décision mercredi dernier.

La Cinquième Suisse demande que tous les cantons suisses s'engagent sur la voie du vote électronique. Elle souhaite que l'e-voting soit généralisé pour les élections fédérales de 2019. Elle avait déjà émis ce voeu pour les élections fédérales de 2015. Une résolution en faveur du vote par internet a été adoptée vendredi.

Relations bancaires

L'Organisation des Suisses de l'étranger, qui fêtera ses 100 ans d'existence en 2016, est aussi préoccupée par les difficultés que connaissent encore les Suisses de l'étranger à maintenir leurs relations bancaires avec la Suisse.

Elle s'inquiète aussi de la réduction du réseau et de l'assistance consulaire des dernières années et elle demande "de mettre un frein au démantèlement" du réseau de représentations suisses à l'étranger. Une nouvelle réduction serait à ses yeux "irresponsable".

La conseillère fédérale Doris Leuthard, cheffe du Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication (DETEC) adressera aussi quelques mots à l'assemblée samedi.

ATS