Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Suisses ont pris d'assaut les cabinets médicaux l'hiver dernier en raison de la grippe (photo prétexte).

KEYSTONE/TI-PRESS/ALESSANDRO CRINARI

(sda-ats)

Jamais autant de Suisses n'ont consulté leur médecin pour une grippe l'hiver dernier depuis le début des années 2000. Cela correspond à une incidence saisonnière globale de 3950 premières consultations pour 100'000 habitants.

Cette valeur excède de 46% la moyenne des dix saisons précédentes (2698 consultations pour 100'000 habitants), apprend-on lundi dans le bulletin de l'Office fédéral de la santé publique. L’épidémie a duré 15 semaines et a atteint son pic au cours de la deuxième semaine de 2018, suivi d'un pic secondaire lors de la quatrième semaine.

Le seuil épidémique national est calculé à partir des données épidémiologiques des dix dernières saisons de grippe en Suisse (pandémie de 2009–2010 exclue). Pour la saison 2017/18, il se situait à 68 cas de suspicion de grippe pour 100'000 habitants.

Jeunes enfants touchés

L’incidence saisonnière a connu son niveau maximal chez les jeunes enfants de 0 à 4 ans, avec 6258 consultations médicales liées à la grippe pour 100'000 habitants, et a atteint son niveau le plus bas, à savoir 2549 consultations pour 100'000 habitants, dans la classe d’âge des plus de 64 ans. Le nombre de décès chez les personnes âgées de plus de 64 ans n’a légèrement dépassé les valeurs attendues qu’au début du mois de mars 2018.

L'hiver dernier, elle est apparue dans les diverses régions à des dates différentes. Alors qu’elle avait déjà atteint son pic dans les régions 1 (GE, NE, VD, VS) et 6 (GR, TI) au cours de la première semaine de 2018, elle n’a culminé dans la région 4 (LU, NW, OW, SZ, UR, ZG) que sept semaines plus tard.

Vaccination

Selon les informations des quatre fabricants de vaccins contre la grippe, 1,15 million de doses ont été préparées pour le marché suisse entre septembre 2017 et le 1er janvier 2018, soit légèrement plus que l’année précédente (1,07 million). Extrapolé à l’ensemble de la population, ce chiffre correspond à un taux de vaccination de 14 %, pour autant que toutes les doses aient été administrées et que chaque personne n’ait été vaccinée qu’une seule fois. Pour l’automne 2018, les fabricants prévoient de fournir 1,07 million de doses en Suisse.

La couverture des virus Influenza en circulation par les vaccins contre la grippe saisonnière 2017/18 s’est révélée mitigée: alors qu’elle était de 29 % pour les vaccins trivalents, elle se situait à 95 % pour les vaccins quadrivalents, ce qui s’explique par le fait que le principal virus en circulation, le B/Novosibirsk/1/2012, appartenait au virus B du lignage Yamagata, absent du vaccin trivalent.

A l'étranger

Dans la plupart des pays européens, l’épidémie de grippe 2017/18 a duré extrêmement longtemps, ce qui explique le nombre élevé d’affections grippales enregistré dans la majorité d’entre eux. Aux États-Unis comme au Canada, le taux de consultations pour une affection grippale, le taux d’hospitalisations et le nombre de décès imputables à une grippe ou à une pneumonie ont été nettement supérieurs à ceux de l’année précédente.

Raison: l’efficacité des vaccins disponibles sur le marché relativement faible. De plus, la Chine et les États-Unis ont chacun connu deux vagues de grippe qui se sont en partie chevauchées.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS