Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Conséquence de la crise économique et de la dette européenne, les employés suisses ont tempéré leurs attentes concernant le choix d'un employeur. Aux bonus, ils préfèrent désormais la sécurité de l'emploi et une grande marge d'autonomie.

La sécurité de l'emploi a énormément gagné en importance auprès des salariés suisses, conclut une étude internationale du cabinet de conseil Towers Watson présentée mardi à Zurich. Malgré le taux de chômage inférieur en Suisse, les dernières crises y ont laissé des traces.

La sécurité de l'emploi n'avait jusqu'ici jamais constitué un critère, constate Hans Münch, auteur de l'enquête. L'afflux de mauvaises nouvelles en provenance de l'étranger ont produit leurs effets en Suisse. Au plan européen et mondial, la sécurité s'est hissée au second rang des priorités.

Salaire de base

Jadis, au moment d'opter pour un emploi, les Suisses valorisaient l'épanouissement professionnel. Dans l'étude réalisée en 2010, les salariés helvétiques citaient encore "le défi" en tête des critères. Celui-ci a reculé à la troisième position.

Parmi les principales motivations à demeurer fidèle à son employeur apparaît également la sécurité. En tête de liste figure toutefois le salaire de base, tandis que bonus et autres prestations à long terme ont perdu en attrait. Les perspectives de carrière occupent quant à elles la seconde place.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS