Toute l'actu en bref

La police jouit de la meilleure réputation parmi les autorités (archives).

KEYSTONE/URS FLUEELER

(sda-ats)

Le scepticisme des Suisses face à l'UE grandit. Aujourd'hui moins d'un tiers de la population est favorable à un rapprochement politique. Une grande majorité souhaite toutefois une collaboration plus étroite en matière économique.

C'est ce que révèle l'étude "Sécurité 2017" de l'académie militaire et du Center for Security Studies de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ), présentée vendredi à Berne. Cette étude est menée depuis 1999.

Cette année-là, 70% des personnes interrogées s'étaient exprimées en faveur d'un rapprochement politique avec l'Union européenne. En 2017, ce taux est au plus bas et n'atteint plus que 31%, contre 35% en 2016 et 39% en 2015. Les partisans à une adhésion à l'UE ne représentent que 15% de l'électorat suisse. Cependant, 81% veulent plus de collaboration économique.

En outre, une majorité prône un engagement plus fort dans l'ONU, plus d'aide au développement ou une Suisse plus active lors des conférences internationales. Tout lien institutionnel est en revanche mal vu. Seuls 19% sont pour une adhésion à l'OTAN. La part de la population qui veut un pays le plus indépendant possible et voit l'ONU d'un mauvais oeil est elle passée de 32 à 37%.

Vision positive de la Suisse

Les auteurs mentionnent plusieurs raisons à cette vision sombre de l'autre côté des frontières helvétiques: les tensions persistantes entre l'UE et la Russie, le Brexit, le débat sur les réfugiés ou les attaques de Berlin et d'Istanbul. Au contraire, 82% de la population a une perception optimiste de la Suisse, soit 7% de plus qu'une année auparavant.

Parallèlement, le sentiment général de sécurité s'est amélioré, passant de 86 à 93%. Dans les espaces publics, ce sentiment a toutefois légèrement reculé. Près d'une personne sur cinq ne se sent pas en sécurité. Près de 90% des personnes interrogées sont d'avis que la lutte contre le terrorisme est l'extrémisme politique doit être renforcée.

Police appréciée

Les autorités et les institutions jouissent d'une bonne renommée. En tête du classement des autorités: la police avec un score de 7,9 points sur 10. Suivent les tribunaux (7,4 points) et le Conseil fédéral (7,1 points). Les médias et les partis se trouvent en queue de classement avec chacun 5,5 points.

L'armée (6,5 points) est également appréciée au sein de la population. Plus de 80% estiment que les forces armées sont nécessaires, seul un tiers des personnes interrogées veut abolir le service obligatoire ou réduire le budget.

La neutralité est soutenue presque à l'unanimité. Pour la majorité, elle est liée à l'identité de la Suisse et permet à notre pays de jouer un rôle de médiateur dans les conflits. Cependant, les Suisses sont d'avis qu'on ne peut plus défendre la crédibilité de la neutralité armée aujourd'hui.

ATS

 Toute l'actu en bref