Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Suisses veulent sortir de l'impasse. Ils sont prêts à sacrifier les contingents pour sauver les accords bilatéraux (image symbolique).

KEYSTONE/LUKAS LEHMANN

(sda-ats)

Les Suisses tiennent aux accords bilatéraux, selon un sondage. Presque la moitié d'entre eux (42%) serait prête à sacrifier les contingents des travailleurs européens pour les sauver.

Une personne sur trois (32%) tient encore aux contingents, révèle un sondage réalisé pour le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung auprès de 13'000 citoyens. Les indécis sont encore nombreux, ils représentent plus d'une personne sur quatre (26%).

Jeunes indécis

Les jeunes en particulier ne se sont pas forgé une opinion claire. Chez les 18 à 24 ans, un tiers (37%) a répondu ne pas savoir. Cette proportion décroît avec l'âge.

Les partisans de l'UDC sont les moins enclins à sacrifier les quotas pour les travailleurs européens. Près de deux tiers (62%) ne veulent pas d'une application plus souple de l'initiative "Contre l'immigration de masse" du 9 février 2014. Seuls 22% se disent pour.

Les électeurs des autres partis plébiscitent eux une solution sans quotas. Plus de la moitié des Verts'Libéraux, du PBD, du PS, du PLR, du PDC préfèrent sauver les accords bilatéraux.

L'initiative de l'UDC demande, que la priorité soit donnée aux citoyens suisses dans l'attribution d'une place de travail et que l'immigration soit contrôlée par des contingents. Ces deux revendications sont contraires à l'accord sur la libre circulation. Le Conseil fédéral et le Parlement discutent actuellement de solutions alternatives pour limiter l'immigration.

ATS