Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les talibans pakistanais sont ouverts à des pourparlers de paix avec le gouvernement d'Islamabad. Ils refusent cependant de rendre les armes, a déclaré leur chef, Hakimullah Mehsud, dans une vidéo transmise vendredi à différents médias.

"Il est ridicule de nous demander de rendre les armes avant d'entamer des négociations", affirme dans cette vidéo M. Mehsud, chef du Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP, mouvement des talibans du Pakistan).

Ces derniers mois, le TTP a revendiqué l'attentat contre la jeune militante pour le droit à l'éducation Malala Yousafzai et Bashir Bilour, un de leurs opposants farouches et numéro deux de la province du Khyber Pakhtunkhwa (nord-ouest), à la porte de zones tribales considérées comme un sanctuaire pour les insurgés et des groupes liés à Al-Qaïda.

En outre, depuis leur création en 2007, les talibans pakistanais multiplient les attaques contre les forces de l'ordre pakistanaises, contrairement aux talibans afghans qui visent l'OTAN et leurs alliés des forces nationales en Afghanistan.

"Si le Pakistan amorce des pourparlers en demeurant esclave des Etats-Unis, cela n'aboutira à rien", a ajouté dans cette déclaration Hakimullah Mehsud, l'un des combattants les plus recherchés par Washington qui offre cinq millions de dollars contre des informations menant à sa capture.

"Etape positive"

Contrairement aux talibans afghans, à qui Kaboul propose de négocier la paix, les talibans pakistanais n'ont actuellement aucune offre de pourparlers avec les autorités d'Islamabad.

"L'offre des talibans est une étape positive. Nous comprenons la tradition tribale selon laquelle ils ne peuvent désarmer, mais ils devront toutefois cesser la violence", a commenté Mian Iftikhar Hussein, ministre de l'Information de la province du Khyber Pakhtunkhwa, dont Peshawar est la capitale.

Sur le terrain, au moins quatre rebelles ont été tués dans de nouveaux tirs de drones américains dans une zone tribale du nord-ouest du pays. Au cours des dernières années, Washington a intensifié ses tirs de drones contre les talibans et des groupes liés à Al-Qaïda dans cette région.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS