Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Tessinois ont accepté par 50,1% la réforme fiscale cantonale (photo symbolique).

KEYSTONE/ALESSANDRO CRINARI

(sda-ats)

Les Tessinois ont accepté dimanche la réforme fiscale cantonale. Le oui a toutefois passé de justesse, par 50,1% contre 49,9%. Seules 193 voix ont fait la différence.

La révision prévoit notamment de diminuer dès 2020 l'impôt sur les personnes morales ainsi que sur la fortune, et d'augmenter les prélèvements sur les dividendes. Malgré des compensations sociales, la loi était attaquée par référendum par la gauche.

La participation s'est élevée à 32,4%. Dans certaines communes, les citoyens ont voté à parts égales pour et contre cette réforme. Selon un représentant d'Unia, la question d'un recomptage est encore ouverte au vu du résultat serré.

La nouvelle loi sur la fiscalité est particulièrement favorable aux grosses fortunes. Dans l'ancien système, les impôts pour une fortune de 10 millions de francs s'élevaient à 35'000 francs. Avec le nouveau système, il faudra débourser 20'000 francs.

La nouvelle fiscalité fait aussi un geste en faveur des familles. Parmi les mesures sociales, le canton attribuera notamment une allocation de 3000 francs en cas de naissance ou d'adoption et des subventions pour les frais de garde d'enfants.

Le comité référendaire réunissait entre autres le PS, les Verts, Unia et l'Union syndicale suisse Tessin et Mesolcina. Il qualifiait cette réforme de "racket". Le manque à gagner est estimé à 38 millions de francs pour le canton et les communes, selon le gouvernement. Les opposants chiffrent la perte à 50 millions. Le projet avait été accepté par le parlement en décembre dernier.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS