Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les cas de méningite dus aux tiques ont été nombreux cette année (archives).

KEYSTONE/AP/STR

(sda-ats)

La Suisse a enregistré en 2017 un nombre record de cas de méningites dues aux piqûres de tiques. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) en a compté 257, un niveau plus atteint depuis l'an 2000.

Le nombre de cas annuels de méningo-encéphalite verno-estivale (MEVE) depuis le début de ce siècle a oscillé entre 52, en 2002, et 257 cette année, écrit l'OFSP dans son dernier bulletin. Octobre dernier a également connu un pic mensuel, le plus élevé depuis 2000, avec 36 cas. Les chiffres fluctuent cependant fortement sur une saison et d'une année à l'autre.

La seule mesure de prévention efficace est le vaccin, recommandé aux groupes à risque. Parmi ceux-ci figurent les personnes habitant ou séjournant dans les régions connues pour abriter des tiques infectées par le virus de la MEVE, notamment celles qui se rendent souvent en forêt.

Avec 8000 cas aigus, les chiffres de la borréliose, maladie également transmise par les piqûres de tiques, sont en revanche plutôt bas pour 2017. Ces données sont disponibles depuis 2008. Cette année, on estime à 23'000 le nombre de consultations médicales pour une piqûre de tique, une valeur moyenne (29'000 en 2016). La saison pendant laquelle les tiques sont particulièrement actives s'étend de mars à novembre.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS