Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Turcs résidant en Autriche ont commencé à voter au consulat général à Vienne pour les élections présidentielle et légisaltives du 24 juin en Turquie.

KEYSTONE/APA/APA/HANS PUNZ

(sda-ats)

Les Turcs de l'étranger ont commencé à voter jeudi pour les élections présidentielle et législatives du 24 juin. En Suisse, ils pourront glisser leur bulletin dans l'urne à partir du 15 juin.

Alors que le scrutin se tiendra le 24 juin en Turquie, les Turcs résidant en France, en Allemagne et en Autriche ont déjà pu commencer à voter. En Suisse, ainsi qu'aux Pays-Bas et en Belgique, les bureaux de vote ouvriront à partir du 15 et le vote des Turcs de l'étranger se terminera le 19 juin.

Près de la moitié des 6 millions d'expatriés turcs sont installés en Allemagne. La communauté turque y compte 3 millions de personnes, dont 1,4 million d'électeurs pouvant voter en Turquie. Toutefois cette année, il n'y a pas eu de campagne de politiciens turcs, comme cela avait été le cas lors du referendum renforçant les pouvoirs du président Recep Tayyip Erdogan en 2017.

Calendrier serré

Il en va de même en Suisse, aucun responsable du gouvernement ne s'est déplacé. "Ce sont des élections importantes, il y a des réunions au niveau des associations, mais cela reste assez discret", explique Celâl Bayar, président de la Fédération des Associations Turques de Suisse Romande (FATSR), contacté par l'ats.

M. Bayar regrette par ailleurs que le calendrier serré de ces élections "très anticipées" n'ait pas permis à la FATSR d'avoir le temps d'organiser de débat entre les représentants. Les électeurs turcs en Suisse n'ont reçu aucune documentation pour l'élection, mais "c'est très demandé", souligne M. Bayar, alors que les bulletins de vote de ces nouvelles élections sont plus compliqués que par le passé.

Conditions "pas équitables"

Du côté du Conseil démocratique kurde (CDK) en Suisse, la mobilisation a déjà commencé pour l'élection. "Nous avons des réunions tous les soirs, nous voulons mobiliser tous les représentants locaux pour les sensibiliser", explique un responsable, contacté par l'ats. Une mobilisation nécessaire pour intéresser les électeurs aux enjeux des élections, selon lui.

Le CDK, qui soutient le Parti démocratique du peuple (HDP, prokurde), veut sensibiliser à la situation en Turquie. Le candidat à la présidentielle du HDP, Selahattin Demirtas, emprisonné depuis 2016, doit faire campagne depuis sa cellule. Des conditions qui ne sont "pas équitables" pour le CDK qui essaie également de mobilisés des députés suisses pour dénoncer cette situation.

Les expatriés peuvent voter dans les aéroports et postes frontière du pays, ainsi que dans les missions diplomatiques de 60 pays. En Suisse, près de 100'000 électeurs sont inscrits et peuvent voter à l'ambassade turque à Berne, au consulat général de Genève et à celui de Zurich. En cas de deuxième tour de la présidentielle, prévu le 8 juillet, les votes y auront lieu du 30 juin au 4 juillet.

Les élections anticipées de juin ont été convoquées par le président Recep Tayyip Erdogan, qui brigue un nouveau mandat. Elles marqueront le passage de la Turquie vers un système présidentiel, avec des pouvoirs renforcés pour le chef de l'Etat.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS