Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'agence de sécurité routière américaine (NHTSA) enquête sur la voiture hybride de General Motors (GM), la Volt. La batterie au lithium de l'une d'elles avait pris feu en mai, trois semaines après un test de résistance. Personne n'avait été blessé.

La NHTSA dit vendredi dans un communiqué avoir "enquêté avec attention" sur cet incident survenu dans le Wisconsin. Elle a conclu que le test de résistance "a abîmé la batterie au lithium de la Volt, ce qui a engendré un incendie qui a mis plusieurs semaines à se déclencher".

Il s'agit du seul incendie lié à une batterie à ce jour après de "nombreux" "crash-tests", a précisé l'agence. Celle-ci conduit des tests plus poussés sur les batteries de voiture et s'assure que les constructeurs ont mis en place "des protocoles adéquats en cas de collision", souligne-t-elle dans son communiqué.

GM dit ne pas avoir reçu de notifications de problèmes de la part de ses concessionnaires ou de ses clients: "Jusqu'à présent nous n'avons entendu parler d'aucun problème", a assuré Greg Martin, porte-parole de GM.

Le premier constructeur américain a indiqué qu'il avait déjà mis en place des protocoles pour décharger la batteries des Volt en cas de collision importante. Il travaillait avec les autorités pour faire la lumière sur l'incendie du Wisconsin.

"Avant toute chose, je veut être très clair: la Volt est une voiture sûre", déclare Jim Federico, directeur de l'ingénierie de GM pour les véhicules électriques. Le constructeur mise beaucoup sur ce véhicule lancé fin 2010 aux Etats-Unis.

ATS