Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

WASHINGTON - Le président Barack Obama a annoncé jeudi que les Etats-Unis se ralliaient à la déclaration de l'ONU sur les droits des peuples autochtones. Ce texte est non contraignant mais Washington s'y était opposé lors de son adoption en 2007.
"En avril, nous avions annoncé que nous passions en revue notre position sur la déclaration de l'ONU sur les droits des peuples autochtones. Et j'annonce aujourd'hui que les Etats-Unis soutiennent (désormais) cette déclaration", a déclaré M. Obama lors d'une réunion de dirigeants de tribus amérindiennes à Washington.
"Les aspirations qu'elle énonce, dont le respect des institutions et des riches civilisations des peuples indigènes sont de celles que nous devons toujours essayer de réaliser", a ajouté M. Obama, en promettant que son administration divulguerait bientôt davantage de détails sur ce nouveau soutien à ce texte.
Adoptée le 13 septembre 2007 par l'Assemblée générale de l'ONU, cette déclaration visant à protéger les droits des quelque 370 millions d'autochtones dans le monde avait alors rencontré l'opposition de l'Australie, de la Nouvelle-Zélande, du Canada et des Etats-Unis.
Ces quatre pays avaient exprimé leur déception face à ce texte en raison de la mention du droit à l'autodétermination et du droit à la terre et aux ressources. Ils critiquaient également le fait que le texte permet aux peuples autochtones d'exercer un droit de veto sur la législation nationale et la gestion des ressources.
La déclaration, adoptée après 20 ans de débats au sein des Nations unies, affirme notamment que "les peuples autochtones ont le droit à l'autodétermination et qu'en vertu de ce droit ils déterminent librement leur statut politique et recherchent librement leur développement économique, social et culturel".
Autre source de discorde, la mention du fait que les Etats doivent accorder réparation aux autochtones "en ce qui concerne les biens culturels, intellectuels, religieux et spirituels qui leur ont été pris sans leur consentement libre, préalable et éclairé, ou en violation de leurs lois, traditions et coutumes".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS