Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La quasi-totalité des utilisateurs de drones pensent qu'ils s'en serviront plus fréquemment à l'avenir, et que les technologies auront progressé (photo symbolique).

Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Selon une enquête de l'Université de Neuchâtel (UniNE), les trois quarts des utilisateurs de drones à des fins professionnelles considèrent qu'ils ne pourraient plus s'en passer. Un millier de personnes représentant divers corps de métier ont été interrogées.

Il s'agit notamment de policiers, pompiers, cartographes et producteurs de films. Réalisée cet été par le professeur de géographie Francisco Klauser et son équipe, en partenariat avec l'Office fédéral de l'aviation civile, l'étude montre que 83% des utilisateurs du secteur public et 75% de ceux qui travaillent dans le privé estiment les drones indispensables à leurs activités.

De plus, environ 90% des sondés voient dans l'accès à l'espace aérien la possibilité de créer de nouveaux services. Autre conclusion de cette enquête, la quasi-totalité des usagers pensent qu'ils se serviront de leur drone plus fréquemment à l'avenir, et que les technologies auront progressé, lit-on mardi dans un communiqué de l'UniNE.

Eviter les accidents

Quant à la réglementation actuelle, environ deux tiers des personnes interrogées la jugent adéquate pour prévenir les accidents. La plupart ne sont en revanche pas convaincues de ses effets sur la prévention d'attentats terroristes.

L'édition de mardi du journal Le Temps aborde justement l'essor des drones en Suisse. D'après le directeur de l'entreprise lausannoise OneSky, Manu Lubrano, un système anti-collision fiable est sur le point de voir le jour.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS