Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le libéral-radical Pascal Broulis et le socialiste Pierre-Yves Maillard donnent le ton (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Les Vaudois renouvellent dimanche leurs autorités cantonales. Principal enjeu: le duel entre la socialiste Cesla Amarelle et l'UDC Jacques Nicolet qui convoitent tous deux le siège laissé vacant par la socialiste Anne-Catherine Lyon. Deuxième tour le 21 mai.

Au Conseil d'Etat, la réélection des six sortants ne fait guère de doute. Leurs scores respectifs et le nombre d'élus au premier tour représentent les principales inconnues. Pierre-Yves Maillard, Pascal Broulis et Nuria Gorrite devraient terminer en tête. Reste à savoir dans quel ordre.

En tout, 15 candidats sont en lice. Mais le septième siège du gouvernement se jouera vraisemblablement entre deux conseillers nationaux: la professeur de droit Cesla Amarelle, qui part favorite, et l'agriculteur Jacques Nicolet. Une élection de la socialiste permettrait à la gauche de conserver la majorité à l'exécutif décrochée en 2011.

Le parlement, en revanche, penche à droite et un basculement à gauche créerait une petite sensation. Le PLR, le premier parti du Grand Conseil et grand gagnant des fédérales de 2015, compte progresser et vise au moins 50 sièges.

En 2012, la participation avait atteint 41,79%, boostée par la votation fédérale sur la Lex Weber. Elle devrait être inférieure cette année, à l'issue d'une campagne consensuelle, à l'image du Conseil d'Etat et du "compromis dynamique" inventé par le duo Maillard (PS) et Broulis (PLR).

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS