Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après un tassement en 2010, les ventes de Rivella sont reparties à la hausse l'an passé. A la faveur notamment de la croissance enregistrée à l'étranger le chiffre d'affaires du fabricant argovien de boissons a crû de 1,4% à 139,3 millions de francs.

En termes de volumes, pas moins de 102,6 millions de litres de boissons, soit 1,6% de plus qu'en 2010, ont quitté l'an passé les installations d'embouteillage de l'entreprise établie à Rothrist (AG), a annoncé lundi Rivella. En Suisse, les ventes ont stagné, fléchissant à peine de 82,3 à 82,2 millions de litres, après un repli l'année précédente.

Rivella a en revanche poursuivi sa croissance à l'étranger, les volumes écoulés y augmentant de 18,6 à 20,4 millions de litres. L'entreprise familiale argovienne a ainsi obtenu son meilleur résultat hors de son pays d'origine depuis sa création il y a soixante ans.

Potentiel en Allemagne

Dans un contexte de consommation plutôt morose et de pression à la baisse sur les prix, la direction du groupe se montre satisfaite des augmentations de volume. Le rythme de croissance moins soutenu du chiffre d'affaires par rapport aux quantités écoulées reflète essentiellement l'appréciation du franc au regard de l'euro.

Poursuivant son expansion à l'étranger, l'entreprise argovienne juge disposer d'un plus important potentiel en Allemagne, ses boissons étant désormais en vente à Hambourg, également. Les affaires ont aussi été "fructueuses" aux Pays-Bas, au Luxembourg et en France, notamment pour la marque "Rivella Jaune", dont les ventes ont cessé en janvier 2012 en Suisse.

Les origines de la société remontent aux débuts des années 1950. En 1951, le fondateur de Rivella, Robert Barth, entend parler par son frère aîné revenu d'un voyage aux Etats-Unis - pays du Coca-Cola - d'un processus de production de bière à partir de petit-lait, un sous-produit de la fabrication de fromage, développé par l'économie de guerre allemande.

ATS