Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Vert'libéraux n'ont guère d'illusions quant aux chances de réussite de leur initiative populaire "Remplacer la taxe sur la valeur ajoutée par une taxe sur l'énergie" le 8 mars. "Nous espérons au moins obtenir un succès d'estime", a déclaré le président du parti Martin Bäumle mardi en lançant la campagne en vue du scrutin.

Un soutien de 30% de votants serait positif, selon lui. En revanche, "je serai très déçu si le oui ne dépasse pas la barre des 20 %". Même si le 8 mars ne permettra pas de faire passer l'idée d'une réforme fiscale écologique, "nous allons gagner, tôt ou tard", a assuré le conseiller national zurichois.

Remplacer la TVA par une taxe sur l'énergie ouvrirait la "voie royale pour la transition énergétique", estime le parti. Cette réforme fiscale écologique, promise depuis longtemps par le Conseil fédéral mais loin d'être réalisée, permettrait d'accélérer la sortie du nucléaire et favoriserait le budget des consommateurs peu énergivores.

La grande innovation de l'initiative serait de supprimer la TVA, une taxe reconnue comme antisociale et compliquée pour les 300'000 PME, a affirmé le vice-président des Vert'libéraux Laurent Seydoux. Une taxe sur les énergies non renouvelables serait "incroyablement efficace" pour réduire le gaspillage et favoriser les énergies vertes.

Renouvelable plus concurrentiel

Les sources polluantes comme l'uranium, le gaz, le charbon et le pétrole seraient frappées par une imposition plus lourde, alors que l'hydraulique, le solaire, les éoliennes et la biomasse, exonérées, deviendraient plus concurrentiels.

Les chiffres avancés par Eveline Widmer-Schlumpf pour contrer l'initiative sont faux, critique le parti. Pour la ministre des finances, l'essence pourrait renchérir de 3 francs par litre et le courant de 33 centimes par kilowattheure.

Ecolos favorisées

"Le supplément serait plutôt de 13 centimes pour l'électricité et de 1,30 franc pour l'essence", a rétorqué Roland Fischer (PVL/LU). D'après lui, toutes les catégories de ménages profiteraient financièrement de la réforme, pour autant qu'elles prennent garde à leur consommation énergétique.

Une famille avec un ou deux enfants et disposant d'un revenu brut mensuel de 8700 francs pourrait économiser 130 francs par mois si elle adopte un comportement écologique. Le même type de ménage qui ne prendrait aucune précaution concernant l'usage de la voiture ou son logement verrait sa facture augmenter de 165 francs.

Le forum des consommateurs alémaniques kf soutient d'ailleurs l'initiative des Vert'libéraux pour cette raison. Il s'agit d'offrir à tout un chacun un choix de comportement énergétique, a jugé la représentante du kf Sibyl Anwander. Les entreprises devraient elles aussi être encouragées à revoir leur comportement énergétique par des incitations fiscales, a ajouté le directeur de l'imprimerie argovienne Binkert Buag, Roland Kaufmann.

Verts à la rescousse

Parmi les autres partis, seuls les Verts soutiennent l'initiative. La fiscalité écologique est une revendication de longue date des écologistes, a justifié la coprésidente du parti Adèle Thorens. Elle est "indispensable pour faire aboutir le tournant énergétique".

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS