Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les Suisses de l'étranger votent plutôt pour la "gauche libérale", révèle une étude rendue publique lundi à l'occasion des 20 ans du vote par correspondance pour ces électeurs. Ils sont moins restrictifs en matière d'asile et davantage partisans d'une déréglementation de l'économie.

Le profil politique des Suisses expatriés n'est pas fondamentalement différent de celui des Helvètes qui résident au pays, conclut l'étude du directeur de l'institut "sotomo" de l'Université de Zurich, Michael Hermann. Mais selon des estimations, lors des récentes élections fédérales, les Verts ont récolté pratiquement le double de voix pour le Conseil national auprès des expatriés (15% contre 8,4%).

Le PS arrive en tête avec 21%, contre 18,7% au niveau national. L'UDC est moins populaire avec 20% (26,6% au niveau global). Les Suisses de l'étranger plébiscitent également moins les autres partis gouvernementaux (14,5% contre 15,1 pour le PLR, 11% contre 12,3 pour le PDC et 3,5% contre 5,4 pour le PBD). La marge d'erreur de cette estimation est de 2%.

Plus ouverts

Une récente étude de la Fondation suisse pour la recherche en sciences sociales (FORS) relevait également le succès de la gauche pour les citoyens de la "Cinquième Suisse".

Toutefois, si l'on élargit l'analyse au-delà des élections fédérales, les Suisses de l'étranger ne sont pas éloignés du centre de l'échiquier politique, dit l'étude de M. Hermann. Ils sont plutôt urbains, cultivés et ouverts.

Sur 42 votations populaires entre 2004 et 2012, un décalage entre expatriés et électeurs en Suisse est observé sur les questions migratoires et la politique étrangère. Sur des questions comme l'initiative pour le renvoi des étrangers criminels de l'UDC et le projet de naturalisation facilitée, les Suisses de l'étranger sont nettement moins restrictifs (19 points de pourcentage) par rapport au total des votants.

Ils sont beaucoup plus nombreux à approuver des mesures d'ouverture comme l'espace Schengen ou le passeport biométrique (18 points de pourcentage). Par ailleurs, ils se comportent globalement comme les électeurs de leur canton d'origine.

ATS