Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les trois veuves d'Oussama Ben Laden, présentes dans la maison où le chef d'Al-Qaïda a été tué en mai 2011 par un commando américain au Pakistan, ont été inculpées d'entrée illégale dans ce pays. Depuis l'attaque, elles sont retenues avec leurs enfants en résidence surveillée.

Le ministre de l'Intérieur, Rehman Malik, n'a pas précisé jeudi quand les deux Saoudiennes et la Yéménite ont été inculpées, ni quand leur procès débuterait.

Le chef d'inculpation d'"entrée illégale" sur le territoire pakistanais "n'a été enregistré que contre les adultes", a expliqué M. Malik. "Elles peuvent prendre un avocat et ont toute liberté de défendre leur cas devant la justice", a-t-il ajouté.

Le ministre a précisé que les enfants d'Oussama Ben Laden et de ses trois femmes sont retenus quelque part dans une maison de cinq chambres "équipées comme s'ils étaient chez eux", mais qu'ils étaient libres de rentrer dans leur pays d'origine si leurs mères en font la demande.

Relations empoisonnées

Le 2 mai 2011, un commando de l'unité d'élite des Navy Seals américains avait été héliporté nuitamment jusqu'à Abbottabad, et y avait tué Oussama Ben Laden, ainsi qu'un de ses fils adultes et deux de ses messagers. La plus jeune de ses épouses, yéménite, ainsi que la femme d'un des messagers avaient été blessées par balles.

Le cadavre du chef d'Al-Qaïda avait été emporté par le commando et immergé quelque part en pleine mer après des funérailles à bord d'un navire de guerre américain, selon Washington.

Le raid américain d'Abbottabad continue d'empoisonner les relations entre Washington et Islamabad, pourtant son allié clé dans sa "guerre contre le terrorisme" depuis fin 2001.

Le Pakistan reproche aux Etats-Unis de ne pas l'avoir averti de l'attaque et d'avoir violé son territoire. Certains hauts responsables ou élus américains soupçonnent eux à demi-mots des membres de la toute puissante armée pakistanaise et ses services de renseignements d'avoir caché Ben Laden.

ATS