Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La missive de Richard Wagner présentée mardi lors des enchères à Jérusalem

KEYSTONE/EPA/ATEF SAFADI

(sda-ats)

Une lettre du compositeur Richard Wagner à un intellectuel français mettant en garde contre "l'influence" juive dans la culture a été vendue aux enchères mardi à Jérusalem pour près de 42'000 dollars (41'000 francs). Un collectionneur suisse en a fait l'acquisition.

Wagner (1813-1883) dont les oeuvres imprégnées de nationalisme ont été adoptées au XXe siècle par le IIIe Reich, était le compositeur favori d'Hitler. Il n'y a pas de loi en Israël interdisant de jouer Wagner, mais les formations musicales s'en abstiennent.

Datée du 25 avril 1869, sa lettre au philosophe, poète et critique Edouard Schuré, traite de la réception de son pamphlet "Judaïsme dans la musique", initialement publié en 1850 sous un pseudonyme.

Mise aux enchères, elle a été vendue à un Suisse de confession juive, selon les organisateurs de la vente qui n'ont pas précisé son identité.

"Le Français connaît très peu de choses sur les juifs", écrit Wagner à son ami, habitant à Lucerne, affirmant que l'assimilation juive dans la société française empêche de voir "l'influence corrosive de l'esprit juif sur la culture moderne".

L'héritage musical et artistique de Wagner est imprégné d'antisémitisme, de misogynie et d'idées pré-nazies de pureté raciale, même si le compositeur est décédé en 1883, soit bien avant l'avènement du nazisme.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS