Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Leuenberger chez Implenia: le Conseil fédéral n'a rien à redire

Berne - Le Conseil fédéral ne trouve rien à redire à la décision de Moritz Leuenberger d'accepter un mandat chez Implenia. Les anciens membres du gouvernement sont libres de leurs actes, estime-t-il, alors que cette décision a déjà fait grincer des dents au PS.
La chancelière de la Confédération Corina Casanova a relevé lundi, en réponse à deux questions émanant d'Andreas Aebi (UDC/BE) et de Josef Zisyadis (POP/VD), que les ministres en exercice n'avaient pas le droit d'exercer de mandat privé, en vertu de la constitution et de la loi sur l'organisation du gouvernement, mais que cette interdiction ne frappait pas ses anciens membres.
En l'occurrence, il n'y a pas de conflit d'intérêts. Le Conseil fédéral ne voit donc pas lieu de modifier les règles en vigueur ou d'imposer un moratoire, a-t-elle ajouté.
Une rente réduiteUne telle interdiction pourrait en outre dissuader des personnes relativement jeunes et qualifiées de s'intéresser aux entreprises, évoquant sans le dire le cas de Ruth Metzler. Quant aux entreprises, elles se priveraient d'une expérience précieuse, selon elle.
A noter également que la rente d'un ex-conseiller fédéral est réduite avec un mandat additionnel, a-t-elle rappelé. Depuis son départ du conseil fédéral fin octobre, Moritz Leuenberger est ainsi en droit de toucher une rente annuelle d'un peu plus de 200'000 francs, ce qui correspond à la moitié de la rémunération brute d'un ministre en exercice.
Moritz Leuenberger a quantifié sa charge chez Implenia à quelque 100'000 francs par an. Son élection est prévue pour avril 2011.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.