Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le bureau de l'Assemblée nationale a levé mercredi l'immunité parlementaire de Patrick Balkany. Ce baron de l'UMP avait été inculpé le 21 octobre pour corruption passive, blanchiment de corruption et blanchiment de fraude fiscale - un dossier qui passe par la Suisse.

Le bureau de l'Assemblée, qui comprend 22 membres, a pris sa décision en moins de 30 minutes. La demande des juges Renaud van Ruymbeke et Patricia Simon est destinée à imposer un contrôle judiciaire à M. Balkany, notamment pour qu'il leur remette son passeport et ne puisse pas quitter le territoire français, selon une source proche du dossier.

Toute mesure privative de liberté (garde à vue, détention provisoire, contrôle judiciaire) à l'encontre d'un parlementaire doit recevoir l'aval de l'assemblée dont il est membre, sauf en cas de crime, flagrant délit ou condamnation définitive.

Deux villas cachées au fisc

Les juges soupçonnent le député-maire de Levallois-Perret, en région parisienne, et sa femme Isabelle d'être les véritables propriétaires, à l'insu du fisc, de deux villas où ils résident régulièrement, à Saint-Martin (Antilles) et à Marrakech, au Maroc.

Pour la villa de Marrakech, les enquêteurs soupçonnent le couple de s'être dissimulé derrière des sociétés off-shore et d'avoir utilisé comme prête-nom l'un de leurs proches, Jean-Pierre Aubry, ancien directeur général de la société d'économie mixte d'aménagement de Levallois-Perret.

Pistes en Suisse

Ce montage aurait été réalisé par une fiduciaire genevoise, selon les juges, cités récemment par le quotidien "Le Monde". Celle-ci aurait créé "deux sociétés panaméennes, l'une pour acquérir la villa, l'autre pour en assurer le financement occulte", ajoutaient-ils.

Dans le cadre de cette affaire, les deux magistrats ont aussi mis en examen Isabelle Balkany et Jean-Pierre Aubry pour blanchiment de fraude fiscale. La première adjointe de Levallois s'était également vue imposer une caution d'un million d'euros.

Ces déboires judiciaires des époux Balkany sont nés des révélations d'un ex-allié politique du couple, Didier Schuller. Ce dernier avait remis aux magistrats plusieurs documents, dont une attestation d'ouverture en 1994 d'un compte en Suisse par Patrick Balkany dans l'agence zurichoise de la banque néerlandaise ABN-Amro.

Amis intimes du président de l'UMP Nicolas Sarkozy, Patrick et Isabelle Balkany règnent ensemble de manière immuable depuis 30 ans à Levallois-Perret en dépit de leurs ennuis judiciaires ou de leurs frasques médiatiques. Aux dernières municipales il y a un an, M. Balkany, 66 ans, a été réélu au premier tour avec sa femme comme première adjointe.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS