Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Leopoldo Lopez, l'une des figures de l'opposition vénézuélienne, avait été condamné pour "incitation à la violence" pendant des manifestations en février 2014 (archives).

KEYSTONE/AP/ARIANA CUBILLOS

(sda-ats)

L'une des figures de l'opposition vénézuélienne, Leopoldo Lopez, est sorti samedi de prison. Il a été assigné à résidence chez lui à Caracas après plus de trois ans d'incarcération.

"La chambre des affaires pénales du Tribunal suprême accorde l'assignation à résidence à Leopoldo Lopez pour raison médicale", a annoncé samedi la cour sur son compte Twitter en précisant que la décision avait été rendue vendredi. Le président de la Cour a concédé cette sortie pour des raisons "humanitaires", précise cette source.

Plus de 430 prisonniers politiques

"Il faut encore rendre à Leopoldo Lopez tous ses droits civils et politiques. De plus, il reste 300 prisonniers politiques dans les geôles bolivariennes", a tweeté Javier Cremades, un de ses avocats en Espagne. L'ONG Foro Penal dénombre 433 "prisonniers politiques" dans le pays sud-américain.

Réunis pour le sommet du G20 à Hambourg, les dirigeants espagnol, argentin, mexicain et brésilien ont réclamé la "libération de tous les prisonniers politiques et l'organisation d'élections libres et démocratiques" au Venezuela, selon le chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy.

Vendredi soir, Lilian Tintori avait affirmé sur le réseau social avoir pu lui rendre visite pendant une heure dans sa cellule de la prison de Ramo Verde, près de la capitale vénézuélienne. Elle et ses proches n'avaient plus de nouvelles de lui depuis fin juin, quand il avait affirmé être victime de tortures en criant depuis sa cellule: "Lilian, on me torture! Dénoncez-le!", l'entendait-on crier dans une vidéo.

Emprisonné depuis 2014

Leopoldo Lopez, 46 ans, fondateur du parti de droite Voluntad Popular et farouche opposant au régime de Nicolas Maduro et de son prédécesseur mort en 2013 Hugo Chavez, est emprisonné depuis février 2014. Il avait été condamné pour "incitation à la violence" pendant des manifestations réclamant la démission du président socialiste qui s'étaient soldées par 43 morts entre février et mai 2014.

Fils de bonne famille, diplômé en économie de la prestigieuse université américaine de Harvard, il est issu de l'opposition dure au régime chaviste, qui l'accuse, lui et sa famille, d'être "d'extrême droite" et "putschistes".

Poursuivre les manifestations

Le retour de Leopoldo Lopez à son domicile intervient sur la toile de fond de manifestations parfois violentes depuis trois mois contre Nicolas Maduro, confronté à une crise économique aiguë. Depuis le début du mouvement de protestation, les troubles ont fait au moins 90 morts au Venezuela.

Dans un message lu par le numéro deux de son parti, Freddy Guevara, Leopoldo Lopez a appelé les partisans de l'opposition à poursuivre les manifestations contre Maduro, à commencer par celles prévues pour dimanche.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS