Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La réapparition de l'épidémie d'Ebola au Libéria à la fin juin est probablement due à une contamination par un survivant encore porteur du virus, ont annoncé mercredi les autorités sanitaires. Une deuxième personne est décédée dans cette chaîne de transmission.

L'épidémie de fièvre hémorragique a repris après trois mois sans nouvelles contaminations enregistrées. "L'origine du foyer continue à faire l'objet d'une enquête", a précise l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

"Les premiers éléments du séquençage génomique suggèrent fortement que l'origine la plus probable de cette transmission est la réapparition du virus à partir d'un survivant à l'intérieur du Libéria", selon le rapport, excluant a priori une réintroduction par l'un des deux pays voisins touchés.

Plus de 11'000 morts

Au total, six malades ont été recensés, dont deux sont décédés, le deuxième ayant succombé lundi dans un centre de traitement d'Ebola à Monrovia, la capitale.

Le 9 mai, l'OMS avait pourtant annoncé que l'épidémie d'Ebola était terminée au Libéria, où elle a fait plus de 4800 morts.

L'épidémie en Afrique de l'Ouest, la plus grave depuis l'identification du virus en Afrique centrale en 1976, partie en décembre 2013 du Sud guinéen, a fait plus de 11'200 morts pour quelque 27'500 cas, un bilan sous-évalué, de l'aveu même de l'OMS.

Plus de 99% des victimes se concentrent en Guinée, en Sierra Leone et au Libéria.

ATS