Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Micheline Calmy-Rey estime que la Suisse pourrait désormais jouer un rôle en Libye dans trois domaines: le désarmement, la réforme des secteurs de la sécurité et le déminage humanitaire. Elle l'affirme dans plusieurs entretiens publiés par la presse dominicale.

La présidente de la Confédération estime que la large disponibilité des armes dans le pays sera un des grands problèmes à résoudre au terme de la guerre civile. "Ici, la Suisse peut aider car elle dispose d'un savoir faire particulier dans ce domaine", dit-t-elle.

La Suisse est également prête à participer à la Mission de l'ONU. Mais, en définitive, la révolution libyenne appartient au peuple libyen. "Nous ne pouvons les accompagner sur la voie de la démocratie que s'ils le souhaitent", relève Mme Calmy-Rey.

Quant aux avoirs bloqués en Suisse, la conseillère fédérale précise que la Suisse souhaite que les 265 millions de francs encore retenus puissent être restitués rapidement à la Libye. Les 90% de cette somme appartiennent à des entreprises libyennes d'Etat. "Le conseil de sécurité de l'ONU devrait statuer dans un avenir relativement proche sur le déblocage de cet argent".

ATS