Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les nouvelles autorités libyennes ont annoncé samedi qu'aucune autopsie ne serait pratiquée sur le cadavre de l'ancien dirigeant Mouammar Kadhafi, toujours exposé dans une chambre froide à Misrata. La proclamation dimanche de la "libération" va lancer le processus démocratique.

Le numéro deux du Conseil national de transition (CNT), Mahmoud Jibril, a pour sa part partagé ses inquiétudes sur la reconstruction du pays, la qualifiant de "mission impossible". Celui qui a promis d'annoncer sa démission samedi a évoqué la nécessité de collecter les armes afin d'assurer un retour à la stabilité.

Le CNT ne va pratiquer d'autopsie sur la dépouille de Kadhafi. "Il n'y aura pas d'autopsie aujourd'hui (samedi), ni un autre jour. Personne n'ouvrira le corps (de Kadhafi)", a déclaré le porte-parole du conseil militaire de Misrata, Fathi Bachagha.

Quelques dizaines de curieux faisaient la queue pour voir la dépouille du dictateur et celle de son fils, allongées côte à côte sur des matelas au sol. Des milliers de personnes s'étaient déjà succédé vendredi pour observer le cadavre de l'ex-dictateur.

Mouammar Kadhafi, 69 ans, en fuite depuis la chute le 23 août de son QG à Tripoli, a été capturé vivant jeudi à Syrte, sa région d'origine, et tué par balles peu après. Il n'est toujours pas clair s'il a été exécuté ou s'il a péri dans des échanges de tirs.

Une enquête en cours selon le CNT

Les images et vidéos prises au moment de son arrestation à Syrte laissent d'ailleurs entrevoir différentes hypothèses sur les causes de la mort du "Guide".

Mahmoud Jibril a assuré vendredi qu'il avait succombé à des blessures par balles après des feux croisés pendant son arrestation.

Mais cette version n'a pas convaincu l'ONU et Amnesty International qui ont demandé une enquête pour déterminer s'il avait été exécuté sommairement.

Depuis Benghazi, le président du CNT Moustapha Abdeljalil a confirmé qu'une enquête était en cours sur les circonstances de la mort de l'ex-dictateur, sans évoquer une autopsie.

ATS