Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Saïf al-Islam, le fils du défunt dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, a indiqué à la Cour pénale internationale qu'il était innocent des crimes, dont il est soupçonné, a indiqué le procureur de la CPI samedi. Les équipes de volontaires, travaillant à Syrte, continuent de leur côté à y découvrir des cadavres.

La cour, installée à La Haye, a précisé que le fils en fuite a établi un contact informel avec l'instance juridique. Celle-ci souhaite le faire comparaître pour crimes contre l'humanité commis lors de l'insurrection libyenne.

La CPI avait émis des mandats d'arrêt contre Kadhafi, son fils Saïf et l'ancien chef de renseignement, pour avoir bombardé leur propre peuple et ouvert le feu sur des civils lors de manifestations en février.

Un haut responsable du Conseil national de transition libyen (CNT) a indiqué cette semaine que Saïf al-Islam souhaitait se rendre à la CPI, car il craignait pour sa sécurité en Libye, en Algérie et au Niger.

Des dizaines de corps trouvés

Les équipes de volontaires travaillant dans les ruines de Syrte, la ville fantôme où Mouammar Kadhafi se terrait, avant d'y être capturé le 20 octobre, ont indiqué qu'elles continuaient d'y découvrir des dizaines de cadavres. Ils sont souvent non identifiés.

"On a enterré plus de 500 corps depuis dimanche dernier et on continue à en trouver à travers la ville. La plupart sont des combattants, je pense, mais je ne suis pas sûr", a raconté un des volontaires.

Sur le site d'une société de traitement des eaux, située dans le quartier no 2, où les forces de l'ancien dirigeant s'étaient réfugiées avant leur déroute, les volontaires ont par exemple découvert 26 tombes sommaires, ne mentionnant aucun nom.

ATS