Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les élections d'une assemblée constituante prévues avant le 19 juin vont être reportées à juillet, voire au delà, pour des raisons logistiques, selon des membres de la Commission électorale. Il s'agit du premier scrutin national en plus de quarante ans.

Selon un membre de la Commission qui s'exprimait sous couvert de l'anonymat, le report du scrutin a été décidé notamment pour donner le temps aux candidatures rejetées de faire appel. "Plusieurs dates ont été proposées. Mais dans la plupart des discussions, on évoque la date du 10 juillet", a ajouté ce responsable.

Interrogé au sujet d'un éventuel report du scrutin, le président de la Commission électorale s'est borné à préciser qu'"une annonce serait faite dimanche au cours d'une conférence de presse".

D'après un autre membre de la Commission, le report a été décidé en accord avec des experts des Nations unies qui travaillent avec la Commission et qui nous "ont proposé de choisir une date au cours de la première semaine de juillet". "Mais si nous ne sommes pas prêts à cette date, les élections seront encore reportées au mois d'août, après le ramadan", mois de jeûne musulman, a-t-il dit.

Quelque 4000 candidats

Plus de 2,7 électeurs se sont enregistrés pour le scrutin, soit un taux de participation estimé à 80%. La Libye compte six millions d'habitants, dont 3,4 millions d'électeurs potentiels, selon la Commission électorale.

Les 200 membres de l'Assemblée qui sera élue devront nommer un comité d'experts chargés de rédiger un projet de Constitution qui sera ensuite soumis à référendum. Un total de 120 sièges est réservé aux candidats indépendants, et les mouvements politiques vont s'affronter pour les 80 restants.

Selon la Commission, 4000 candidats indépendants ou inscrits sur des listes de mouvements politiques, ont soumis leur candidature. Des dizaines de partis ont vu le jour ces derniers mois dans la perspective de cette élection. Depuis le début du Printemps arabe, les élections ont en majorité bénéficié aux islamistes. La même tendance est attendue en Libye.

ATS