Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les forces du nouveau régime libyen ont réalisé une percée majeure dimanche à Syrte, principal bastion des derniers fidèles de Mouammar Kadhafi. Elles ont pris notamment le contrôle de l'université et du centre de conférences Ouagadougou, au prix de combats meurtriers.

Elles ont également pris l'aéroport de Bani Walid, autre fief des forces loyalistes, à 170 km au sud-est de Tripoli. Le siège de l'oasis se poursuit.

A Syrte, les combattants du Conseil national de transition (CNT) subissaient dimanche un bombardement de la part des forces pro-Kadhafi qui tenaient toujours le centre-ville, selon un journaliste de l'AFP.

Combats "très durs"

"Les combats sont très durs, très très intenses, ils n'ont jamais été aussi durs", a affirmé un combattant.

Sur le front ouest de Syrte, les combattants pro-CNT continuaient de progresser dimanche. Ils contrôlent notamment l'hôpital Ibn Siba, le plus grand de la ville.

Les étages de l'hôpital est totalement soufflés. Les malades ont été rassemblés dans les couloirs du rez-de-chaussée, parfois inconscients, selon le journaliste, qui fait état de nombreux blessés graves, surtout des hommes jeunes.

Palais de Kadhafi

Les pro-CNT se sont également emparés d'un palais de l'ancien "Guide", connu comme sa "ferme". Depuis les abords du palais, dont une partie a été détruite par une frappe de l'OTAN, les combattants continuaient dimanche à tirer des roquettes Grad en direction du coeur de la ville.

Aucun bilan complet n'est disponible, mais selon le personnel d'un hôpital de campagne, 18 combattants pro-CNT ont été tués et près de 300 blessés vendredi et samedi sur le seul front ouest.

ATS