Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les forces du nouveau régime libyen ont lancé une vaste opération pour chasser les derniers partisans de Mouammar Kadhafi de leur bastion de Syrte. Mais ils ne progressaient que lentement pour le moment, les loyalistes faisant preuve d'une résistance acharnée.

"Les dernières batailles sont toujours les plus terribles", a estimé samedi à Tripoli le président du Conseil national de transition (CNT, ex-rébellion), Moustapha Abdeljalil. Il a reconnu que les combats en cours à Syrte étaient "féroces".

Le chef du CNT a évoqué un bilan de 15 morts et 180 blessés vendredi dans les rangs des pro-CNT à Syrte, ville côtière située à 360 kilomètres à l'est de Tripoli. Les forces du nouveau régime ont lancé vendredi une "grosse opération", selon des commandants.

Malgré leur détermination, les combattants du régime de transition progressaient lentement dans le centre-ville et plusieurs zones stratégiques où les pro-Kadhafi se sont retranchés. Samedi, les pro-CNT sont toutefois parvenus à prendre le contrôle d'un important axe routier reliant le centre-ville au Centre de conférence Ouagadougou, situé plus au sud, selon l'AFP.

Tirs fratricides

Ce vaste rectangle de béton en forme de blockhaus, ancien haut-lieu des sommets panafricains, est un objectif important pour les forces du CNT. Il a fait l'objet depuis plusieurs jours d'âpres combats de rue et à l'arme lourde. Vendredi, le commandant pro-CNT avait reconnu l'échec des attaques contre ce centre, la plupart des combattants ayant dû se retirer sous le feu des roquettes et des tireurs embusqués.

Selon plusieurs combattants, l'offensive a permis la prise d'un complexe de 700 appartements près du Centre de conférences. Elle a également été l'occasion d'une démonstration de force des pro-CNT, qui ont poussé de tous côtés dans un effort coordonné, depuis l'ouest, le sud et l'est, afin d'acculer les pro-Kadhafi vers la mer, avec le soutien aérien de l'OTAN.

ATS