Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les forces du nouveau régime libyen, qui disaient avoir cerné les derniers fidèles de Mouammar Kadhafi dans deux quartiers de Syrte, ont reculé jeudi sous leur feu nourri. Elles ont aussi stoppé leur offensive contre l'oasis de Bani Walid.

"Nous avons dû nous retirer vers le QG de la police et nous allons utiliser l'artillerie lourde pour frapper les forces de Kadhafi", a déclaré un combattant pro-CNT. Selon un journaliste de l'AFP, les combattants du Conseil national de transition (CNT) ont dû reculer de deux kilomètres au total.

Outre Syrte, les forces du CNT assiégeaient toujours jeudi l'oasis de Bani Walid, un autre bastion pro-Kadhafi, à 170 km au sud-ouest de Tripoli, qu'elles espéraient prendre dans le sillage de la chute de Syrte.

Conflit interne

Mais un combattant de l'une des principales brigades engagées sur ce front a annoncé qu'elle avait reculé d'une trentaine de kilomètres mercredi en raison d'un différend avec d'autres brigades accusées de ne respecter aucune consigne.

Le chef du comité local du CNT de Bani Walid a démenti tout conflit interne et expliqué que les combats étaient suspendus pour préparer la prochaine offensive. Selon lui, il reste 1500 combattants pro-Kadhafi dans Bani Walid, dont 5% des habitants n'ont pas encore fui.

Incertitude autour de Mouatassim

Mercredi soir, des tirs de joie et des concerts de klaxon ont résonné à Tripoli et à Misrata pour saluer l'annonce de l'arrestation à Syrte de Mouatassim Kadhafi, l'un des fils de l'ancien dirigeant en fuite, mais cette information a été démentie jeudi.

Les annonces erronées ou non confirmées sur l'arrestation, la fuite ou le décès de proches de Mouammar Kadhafi se sont multipliées ces derniers mois en Libye.

ATS